Récidives de novembre 2008

Les salariés de la société Transcom située à Raon l'Etape ont de nouveau été victimes de nouvelles intoxications « mystérieuses » le 13 et 14 novembre 2008, ce qui a de nouveau suscité de nouvelles hospitalisations.

Par responsabilité morale, les camarades SUD ont assisté les salariés lors de ces derniers incidents. Ils ont pu récolter des témoignages  édifiants qui montrent le peu d'intérêt de la direction Transcom envers son personnel.

Des organisations syndicales ont appelé les salariés à exercer leur droit de retrait (ce que nous avions fait également à la suite de l'intoxication du 25/01/08 en tant que Représentants du personnel SUD et qui a valu notre licenciement) et la direction a été « contrainte » de fermer ses portes.

Cependant, les alertes du 13 et 14/11/08 (sans oublier celle du 25/01/08 qui s'est déroulée dans le même contexte) n'ont pas empêché la direction, responsable de la sécurité des salariés, de reprendre ses activités le 15/11/08 sans la moindre explication, sans aucune garantie de sécurité et sous la menace de non paiement des salaires et de la fermeture de l'Etablissement !!! Ceci s'est conclu par une nouvelle évacuation (cachée car faite par une ambulance privée) d'une salariée aux alentours de 15h, ayant fait plusieurs malaises et à la date même de la réouverture !! Tout ceci est fait dans le plus grand secret, sans que les pompiers n'aient été averti alors qu'ils étaient à la même de dire s'il s'agissait ou non d'une rechute. D'autres salariés en pause à ce moment là nous ont expliqué que des gênes au niveau de la gorge étaient encore ressenties.

Aucune enquête digne de ce nom n'a été menée par la direction qui s'est contentée de se servir des pouvoirs publics ce qui a failli coûter très cher au personnel à court terme. Qu'en est-il du long terme ? Car nous craignons l'apparition de symptômes graves, ne sachant absolument pas ce qu'il s'est passé.

Par ailleurs, nous avons appris par la presse que l'intoxication survenue le 25/01/08, donc la 1ére d'une longue sérié, n'était pas due à l'inhalation de monoxyde de carbone. Un communiqué dans ce sens a d'ailleurs été affiché sur les portes de l'établissement Transcom.

Puis, nous avons appris par des salariés que le 14/11/08 vers 19h, la société de maintenance sous contrat avec Transcom avait opéré des modifications dans le système de climatisation de l'établissement ressortant plusieurs « bonbonnes ».

Ensuite, Mlle Y et Mr Omar Mokhtar (votre serviteur) se sont rendus à proximité des locaux de Transcom le 17/11/08 vers 10h où ils ont pu constater que cette même société travaillait sur le système de climatisation ce qui a duré toute la journée. Ces travaux ont été réalisés avant l'arrivée de la cellule épidémiologiste composée d'expert. Des photos ont été prises avec leur portable.

Pourquoi la direction fait elle venir des techniciens de maintenance alors que pour elle le système de climatisation n'est pas en cause ? Pourquoi aussi rapidement ?

Sous menace de non paiement des salaires et de fermeture de l'entreprise, la direction empêche ainsi les salariés d'exercer leur droit de retrait.

Les salariés licenciés de la 1ére intoxication soit les représentants de la section SUD ont donc envoyée une lettre ouverte au sous Préfet de Saint Dié et au Procureur de la République le 17/11/08 afin de demander de nouvelles recherches afin d'éviter ces incidents.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site